Une bien belle visite

Publié le par Nathalie

Egalité

Lorsque l'on attends la visite d'un être cher voilà ce qu'on lui reverve.

Une belle table bien décorée:


Mais si c'était les deux SDF de cette petite histoire les recevrions nous avec les mêmes égars?

Une bien belle visite

 

Ruth va à sa boîte aux lettres, y découvre une seule enveloppe. Bizarre, pas de timbre, aucune étampe, seulement son nom et adresse.

Elle lit la lettre.

 

    " Cher Ruth: Je vais être dans ton voisinage samedi après-midi et j'aimerais arrêter te rendre visite. Avec amour, Jésus."

 

Ses mains tremblent en plaçant la lettre sur la table. "Pourquoi Dieu veut-il me rendre visite ? Je suis une personne bien ordinaire, je n'ai rien à offrir."

 

À cette pensée, Ruth se rappelle son garde manger vide. " Oh mon Dieu, je n'ai vraiment rien a lui offrir. Je vais être obligé de courir au magasin, afin d'acheter quelque chose pour le repas. "

Elle va chercher sa bourse, calcule le contenu. Cinq dollars et 40 sous. Bon, j'en ai assez pour un pain et de la viande froide. Elle enfile son manteau et se dépêche vers la porte. Une baguette de pain français, une demie livre de dinde tranchée et un litre de lait. Il lui reste au total de douze sous pour se tenir jusqu'au lundi. Rien de moins, elle se sent bien en marchant vers la maison, avec son peu de nourriture sous le bras.

 

"Hey, madame. Pouvez-vous nous aider, madame? "

Ruth est tellement absorbée par ses plans pour son repas qu'elle ne remarque pas deux personnes dans l'entrée.

Un homme et une femme, tous deux habillés pauvrement.

"Regardez madame, je n'ai pas de travail. Vous savez, ma femme et moi vivons là-bas dans la rue. En plus, il commence à faire pas mal froid et nous avons très faim. Si vous pouviez nous aider, on apprécierait beaucoup."

Ruth les regarde tous les deux. Ils sont sales, ils sentent mauvais et franchement, elle est certaine qu'ils pourraient trouver quelque travail s'ils le voulaient vraiment.

"Monsieur, j'aimerais bien vous aider, mais je suis moi même une pauvre  femme. Tout ce que j'ai, c'est quelques tranches de viande froide et un peu de pain; puis j'attend un invité important pour le souper de ce soir.

J'avais planifié de les lui servir. "

"Bien madame, je comprend. Merci quand même."

L'homme place son bras autour des épaules de la dame; ils s'en vont.

Tout en les regardant partir, Ruth sentit un pincement familier au coeur.

"Monsieur, attendez." Le couple s'arrête et se retourne comme elle court vers eux. "Regardez, pourquoi ne prendriez-vous pas cette nourriture. J'essaierai de trouver autre chose pour mon invité."

Elle donne son sac de nourriture a l'homme.

"Merci madame, merci beaucoup."

"Oui merci!!" dit aussi l'épouse de l'homme. Et Ruth peut maintenant voir qu'elle grelotte.

"Vous savez, j'ai un autre manteau à la maison. Pourquoi ne prendriez-vous pas celui-ci?" Ruth déboutonne son manteau et le glisse sur les épaules de la dame.

Alors souriante, elle marche vers la maison sans son manteau et rien à servir à son invité.

"Merci madame, merci beaucoup!!"

Ruth commence à frissonner et à s'en faire, avant même d'entrer.

Le Seigneur qui vient la visiter et elle n'a rien à lui offrir. Elle fouille dans sa bourse pour y prendre sa clé. Ce faisant, elle remarque une autre enveloppe dans la boîte aux lettres.

 

"C'est bizarre! Normalement, le postier ne passe pas deux fois dans la même journée. " Elle prend l'enveloppe et l'ouvre.

    

"Cher Ruth: Ça m'a fait énormément plaisir de te voir à nouveau. Merci pour le délicieux repas, merci aussi pour le beau manteau. Avec amour, Jésus."

 

L'air est toujours froid. Même sans son manteau, elle ne le remarque pas. Elle sourit puis entre....

Publié dans Petites histoires

Commenter cet article